LA CHEMINEE SUCRIERE DE DUMBEA

450 FCFP 3,77 €

Onglets

Description

Des ruines de bâtiments en pierres de taille, des pièces mécaniques rouillées recouvertes par la végétation, quelques cheminées défiant le passage des ans, voilà les rares vestiges de l’aventure sucrière qui enflamma la Nouvelle-Calédonie durant la seconde moitié du XIXe siècle. Face à la grave crise que traversait, dans les années 1860, l’industrie sucrière à la Réunion et devant le besoin en sucre grandissant de l’Australie, l’introduction de la culture de la canne à sucre en Nouvelle-Calédonie semblait être, à l’époque, une initiative prometteuse en faveur du développement économique de la colonie.

Entre 1859 et 1900, sept usines sucrières, ouvertes sous l’impulsion de producteurs de sucre réunionnais, d’hommes d’affaires, des pères Maristes ou de l’Administration pénitentiaire, virent le jour sur l’île, de Saint-Louis à Bourail, en passant par Dumbéa, Païta ou la Tamoa.

Parmi elles, l’usine sucrière de Nimba de Dumbéa, dont la cheminée datant de 1870 est reproduite sur ce timbre-poste à 450 F. Créée par deux créoles réunionnais, Arthur Duboisé et Évenor de Greslan, l’usine de Nimba, inaugurée en 1870, connut, à l’instar des autres usines sucrières du pays, une production faible et une faillite rapide. Les invasions régulières de sauterelles, les inondations et les sècheresses à répétition, les coûts élevés d’exploitation, le manque de maîtrise technique, de matériel performant et de main d’œuvre qualifiée mirent finalement un terme à l’histoire de l’industrie sucrière calédonienne.

Fonctionnalités
Technique d'impression: 
Auteurs: 
Thématique: 
Numéro Yvert et Tellier: 
1137
Matière: 
Tirage: 
50000
Date d’émission: 
03/11/2011
Format: 
76 × 26 × 0 mm
Catégorie: 
Nb de TP par planche: 
10
Imprimeur: 
Nb de TP par Enveloppe Premier Jour: 
1