Le bagne de l’île des Pins

400 FCFP 3,35 €

Onglets

Description

L’OPT-NC vous présente cette nouvelle émission à 280 CFP, dessinée par André Lavergne, évoquant le bagne de l’île des Pins. Celui-ci a été créé en 1872 dans le but de détenir les insurgés de la Commune de Paris qui, pour s’être opposés à la reddition de la France aux Prussiens en 1871, furent condamnés à la déportation simple en Nouvelle-Calédonie.

Pour les accueillir, l’île des Pins fut divisée en deux : l’est de l’île fut réservé aux Kunié et aux missions maristes, tandis que le sud-ouest fut transformé en colonie pénitentiaire. Cinq villages de déportés (avec leurs voies de communication, des baraquements, des centres de commandement et des cases pour les services communs comme la boulangerie ou l’infirmerie) furent créés par les bagnards de l’île Nou : Ouro, Koéville, Ouameu, Ouaméo et le cinquième, en avant du ruisseau Gadji, qui devint le lieu d’exil des déportés kabyles.

La commune d’Ouro réunissait l’essentiel des déportés et des infrastructures : hôpital, église, bâtiment des vivres, boulangerie, ateliers, scierie, château d’eau, ferme… Entre 1872 et 1879, date de l’amnistie des Communards, 4 250 déportés et leurs familles vécurent sur l’île. Après leur départ, le bagne de l’île des Pins accueillit jusqu’en 1909 les condamnés à la transportation et à la relégation. Aujourd’hui, le château d’eau est toujours en fonction, mais les autres bâtiments ne sont plus que vestiges envahis par la végétation.

Le cimetière des déportés de la Commune de Paris ainsi que le cimetière dit « des surveillants » ont intégré, en 1995, la liste des monuments historiques de la province Sud.

Fonctionnalités
Technique d'impression: 
Auteurs: 
Thématique: 
Tirage: 
1800
Date d’émission: 
06/10/2014
Format: 
164 × 95 × 0 mm
Imprimeur: 
Nb de TP par Enveloppe Premier Jour: 
1