Hommage à Michel Rocard

1 120 FCFP 9,39 €
EPJ Hommage à Michel Rocard

Onglets

Description

Hommage à Michel Rocard

30e anniversaire des accords de Matignon-Oudinot, 1988-2018

Avec ce timbre-poste à 1 000 F CFP dessiné par Jean-Jacques Mahuteau et gravé par Pierre Albuisson, l’Office des Postes et Télécommunications de Nouvelle-Calédonie a tenu à rendre hommage à Michel Rocard (1930-2016), figure historique du Parti socialiste à qui l’on doit notamment la signature des accords de Matignon-Oudinot dont on célèbre cette année le trentième anniversaire.

Né à Courbevoie le 23 août 1930, Michel Rocard entama de brèves études scientifiques avant d’intégrer l’Institut d’études politiques de Paris en 1947 et l’Ecole Nationale d’Administration en 1956. Son rejet des guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie le fit rapidement s’engager en politique, en rejoignant les Etudiants socialistes en 1949 affiliés à la SFIO, dont il fut le secrétaire général de 1954 à 1956, puis en participant à la création du Parti socialiste autonome en 1958 et du Parti socialiste unifié (PSU) en 1960.

Secrétaire du PSU de 1967 à 1973, il soutint le mouvement de Mai 1968, se présenta aux élections présidentielles de 1969 (où il recueillit 3,6 % des suffrages) et fut élu député des Yvelines de 1969 à 1973, puis de 1978 à 1981. De 1977 à 1994, il fut également maire de Conflans-Sainte-Honorine.

Suite à l’élection de François Mitterrand à la présidence en 1981, il devint ministre du Plan et de l’Aménagement du Territoire (1981-1983) et ministre de l’Agriculture (1983-1985) avant d’être nommé, de 1988 à 1991, Premier ministre du second septennat de Mitterrand.

Après sa démission en 1991, il occupa par la suite les postes de premier secrétaire du Parti socialiste (1993-1994), de député européen (1994-2009) et de sénateur des Yvelines (1995-1997).

Michel ROCARD occupe une place toute particulière dans l’histoire de la Nouvelle-Calédonie.

En effet, en 1988, alors que les affrontements entre indépendantistes et non-indépendantistes atteignaient leur paroxysme avec la dramatique prise d’otage d’Ouvéa, Michel ROCARD, alors Premier ministre, organise une « mission du dialogue » pour rétablir la paix.

Six semaines plus tard, les délégations du FLKNS et du RPCR se rencontrent à PARIS, à l’hôtel Matignon, sous l’égide du Premier ministre.

Ce que l’on a appelé la « méthode Rocard » porte ses fruits, puisqu’après des négociations qui vont durer du samedi 25 juin au dimanche 26 juin 1988, indépendantistes et non-indépendantistes signent les « accords de Matignon-Oudinot », permettant de rétablir la paix sur le territoire.

Très attaché à la Nouvelle-Calédonie, Michel ROCARD déclara, dans une interview accordée au magazine Télérama en juin 2013 : « les accords de Matignon sont un des plus beaux souvenirs de ma vie politique ».

Attachement réciproque, puisque depuis 2016, le lycée agricole et général de Pouembout porte le nom de « Lycée Michel Rocard ».

Fonctionnalités
Technique d'impression: 
Auteurs: 
Thématique: 
Matière: 
Tirage: 
800
Date d’émission: 
08/11/2018
Format: 
0 × 164 × 95 mm
Imprimeur: 
Nb de TP par Enveloppe Premier Jour: 
1